Numéro 329

Septembre 2022

Prix Version Papier : 19.00 €
Prix Version Numérique : 19.00 €
Prix Bimédia : 32.00 €

Voir l'éditorial

Sommaire

La régénération industrielle des caténaires de SNCF Réseau

Sur les 30 500 kilomètres de lignes que compte le réseau national ferré français, 15 764 sont électrifiés et alimentés en énergie par des caténaires : 8 992 km en 25 000 V et 5 812 km en 1 500 V. Les électrifications en 1 500 V ont commencé dans les années 1920, celles en 25 000 V dans les années 1950.La moitié de ce domaine ayant plus de 50 ans, SNCF Réseau a entamé en 2015 des échanges avec plusieurs grandes entreprises de travaux ferroviaires, dont Colas Rail et TSO Caténaires. Au centre des discussions, une question : comment accélérer les travaux de régénération de caténaires pour rénover ce réseau de manière rapide et à grande échelle et garantir ainsi la qualité, la sécurité du transport par rail et la pérennité de ce patrimoine industriel ? Ces premiers échanges ont abouti au lancement, en juin 2016, d’un appel d’offres portant sur la rénovation, en sept ans maximum et sans arrêt d’exploitation, d’une grande partie des caténaires vieillissantes.

40 ans de sécurité du personnel de maintenance sur les LGV françaises

Depuis la mise en exploitation de la première Ligne à Grande Vitesse sur le RFN SNCF (LGV Paris Lyon le 22 septembre 1981), les dispositions de sécurité vis-à-vis du personnel de maintenance de l’infrastructure des LGV ont fait l’objet de dispositions particulières qui ont évolué dans le temps, en fonction de l’environnement évolutif (vitesse de circulation des TGV...), du cadre règlementaire, du retour d’expérience, etc. Cet article décrit les évolutions des dispositions prises afin que la sécurité du personnel de maintenance de l’infrastructure vis-à-vis du risque de heurt par les TGV soit assurée malgré les différentes évolutions selon les lignes.

La synergie entre associations pour le patrimoine historique

Une centaine d’associations font rouler des trains touristiques en France. C’est une lourde tâche pour les bénévoles qui font vivre le patrimoine historique. Mais un réseau d’entraide s’est forgé, pour la restauration des véhicules, pour la formation de trains, pour leur exploitation. Cette force contribue à enrichir l’offre d’activités touristiques et culturelles dans les territoires.

Le BAL (Block Automatique Lumineux) : centenaire et avec de beaux jours devant lui

 

Prospective et planification des investissements en 2022 dans le secteur des transports

 

Prospective des transports et des mobilités 2040-2060

 

1981-2021 : TGV, 40 ans d’excellence française