Numéro 328

Juillet 2022

Prix Version Papier : 19.00 €
Prix Version Numérique : 19.00 €
Prix Bimédia : 32.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

Dans le secteur ferroviaire, les recherches, les projets, les investissements, les chantiers occupent sans interruption les esprits et les forces vives. De ce fait, les lancements d’idées côtoient les travaux en cours et les retours d’expérience. Dans ce numéro de votre revue, tous les stades d’avancement se retrouvent. 

Le dossier sur le bruit à l’intérieur des trains aborde un sujet bien ancien, mais il s’écarte de tout ce qui a été jusqu’à présent entrepris et mis en œuvre pour réduire le niveau sonore. La question est posée sur de nouvelles bases. On ne s’appuie plus sur une mesure technique conduisant à des solutions techniques elles-mêmes mesurables avec les mêmes indicateurs. On a eu beau réduire le nombre de décibels depuis des années, le bruit reste toujours présent pour contrarier le confort du voyageur. La démarche est donc de prendre le problème dans l’autre sens : comment le voyageur supporte- t-il le bruit et, selon son acceptation, comment non pas faire disparaître le bruit, ce qui est finalement impossible, mais contrôler le bruit pour le rendre acceptable ? Ici, on est dans la phase de recherche. 

Quant aux travaux en cours, vous en lirez des exemples classiques avec l’électrification de la ligne de Troyes, du moins une nouvelle section de cette fameuse ligne 4 de Paris à Belfort, ou encore avec la remise en état de la ligne de Nice à Coni. Ces deux axes ne sont guère favorisés par leur environnement, à savoir des territoires traversés peu générateurs de trafic et peu gâtés par les conditions naturelles. Ces investissements sont le résultat de l’attachement et du volontarisme des populations desservies en faveur du chemin de fer, dont la pertinence s’étend à la desserte fine du pays. 

L’activité permanente d’un réseau ferroviaire nécessite des outils. Des applications numériques entrent de plus en plus dans la panoplie de ceux qui sont à la disposition des opérateurs. PHRIT et Open VS figurent parmi les plus récents. Tous ces développements des systèmes d’information s’élaborent notamment dans des laboratoires d’idées, les entités 574, dont celle d’Hellemmes ici présentée. 

Que des projets restent sans suite est un signe de dynamisme : il est bon de tester des solutions qui répondent à de véritables besoins ou préoccupations, sécurité et régularité en tête conformément aux principes de base d’un bon réseau ferroviaire. Les rideaux de quai vous avaient été présentés lors du lancement du test. Présentement, le système n’est pas déployé et il nous a semblé intéressant de vous faire part du retour d’expérience qui amène à cette conclusion. 

Les vacances d’été arrivent ; c’est une période de repos, au milieu de tous ces chantiers enclenchés à des stades d’avancement différents. La lecture des deux tomes sur le Réseau Breton devrait vous apporter à la fois détente, car la Bretagne est une grande destination de vacances, et curiosité, comment on en est arrivé à la situation actuelle d’un chemin de fer florissant qui a déserté, ou qui en a été exclu, l’intérieur d’une région attachante. Assurément, voici une lecture idéale pour goûter des vacances dépaysantes et enrichissantes.

Bonne lecture !

Pascal Lupo