Numéro 327

Juin 2022

Prix Version Papier : 19.00 €
Prix Version Numérique : 19.00 €
Prix Bimédia : 32.00 €

Voir l'éditorial

Sommaire

Le projet LGV+ Paris-Lyon

La ligne à grande vitesse (LGV) Sud-Est constitue l’axe majeur du réseau à grande vitesse français. Près du tiers du trafic national à grande vitesse emprunte cette LGV qui est la plus chargée d’Europe avec plus de 250 trains quotidiens pour les deux sens confondus sur le tronçon nord. Du fait d’un système de signalisation (TVM 300) offrant moins de capacité que celui des lignes plus récentes, son horizon de saturation approche. 

L’obligation de renouveler les principaux constituants de signalisation à court et moyen termes alliée à la nécessité de la rendre interopérable au sens des STI (Spécifications Techniques d’Interopérabilité) conduit à moderniser les installations en installant la signalisation européenne de type ERTMS et de nouveaux postes d’aiguillage modernes en recherchant toutes les solutions d’augmentation de capacité pour faire face à la croissance prévisible du trafic. 

Le projet Haute Performance Grande Vitesse Sud-Est (HPGVSE) aujourd’hui renommé LGV+ Paris-Lyon répond à tous ces enjeux en recherchant une synergie maximum entre la modernisation des installations de contrôle – commande de la signalisation avec un ERTMS Niveau 2 et Niveau 3 Hybride, un regroupement des opérateurs exploitation et énergie (Central Sous-Stations) à Lyon dans une nouvelle salle de commande centralisée, le renforcement des installations fixes de traction électrique, tout cela dans un planning ambitieux avec une efficience économique poussée.

Les programmes de recherche et d’innovation Shift2Rail et Europe’s Rail

L’entreprise commune européenne Shift2Rail, « S2R », partenariat public-privé dédié au mode ferroviaire établi dans le cadre du programme européen pour la recherche et l’innovation Horizon 2020, a été dotée d’un budget de 920 M€ soutenu par un financement de 450 M€. Ses objectifs sont d’accélérer la mise en œuvre de l’espace ferroviaire européen unique et de renforcer la compétitivité de l’industrie ferroviaire européenne. Issue d’une initiative des industriels européens, elle a trouvé l’appui des États membres, puis de la Commission européenne, et a pu démarrer ses activités en 2016. Plusieurs acteurs français en sont membres : Alstom et Thales (tous deux fondateurs), CS Group, SNCF, Wabtec-Faiveley, Railenium. Shift2Rail disparaît le 30 novembre 2021 avec la création du partenariat successeur, Europe’s Rail Joint Undertaking, les derniers projets finissant leurs activités en 2023.

L’IA pour le secteur ferroviaire européen – État des lieux et perspectives

La mise en œuvre de l’Intelligence Artificielle offre de nombreuses perspectives d’application dans le secteur ferroviaire européen. L’Union Internationale des Chemins de fer (UIC) pourra apporter une contribution à son déploiement. Ainsi, plusieurs cas d’usage potentiels dans le ferroviaire porte sur la reconnaissance faciale, les agents conversationnels et assistants virtuels pour les voyageurs, les prévisions de ventes basées sur l’apprentissage automatique, la robotique dans les gares, les trains et les entrepôts, la maintenance prédictive pour le matériel roulant et l’infrastructure. Elle s’avère un outil à utiliser en fonction du contexte politique européen du secteur ferroviaire et des stratégies de mobilité durable et intelligente.

Le Réseau Ferré du Grand Port Maritime de Dunkerque

 

Urbanloop : l’intelligence artificielle pour les transports

 

Les CFL en mouvement depuis 75 ans - Histoire des chemins de fer luxembourgeois, de Sébastien Moreau