Numéro 327

Juin 2022

Prix Version Papier : 19.00 €
Prix Version Numérique : 19.00 €
Prix Bimédia : 32.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

Ne pas être hors sol : voilà une préoccupation permanente, dite avec des termes à la mode, pour les développeurs d’innovations dans le domaine du numérique. Ce souci est légitime ; il ne s’agit pas cependant de culpabiliser, car la recherche passe toujours d’abord par une réflexion en chambre, ou dans un laboratoire, ou sur un circuit d’essai, ou avec un prototype. C’est ensuite qu’on peut passer à la réalisation sur le terrain, le sol de la fameuse expression. 

La modernisation de la première ligne à grande vitesse, Paris-Sud- Est, est l’application au terrain de tous les progrès informatiques accumulés depuis quarante ans. Le dossier est important, non seulement en nombre de pages à lire, mais surtout par l’ampleur de la transformation de l’axe majeur du réseau ferroviaire français. Il méritait bien un tel développement. 

D’autres articles dans le numéro que vous avez entre les mains peuvent paraître plus théoriques, autour des notions d’intelligence artificielle, de programmes de recherche européens, de transports du futur. Dans tous ces cas, le numérique est au cœur des innovations. Le développement de LGV plus, cette large rénovation de la LGV PSE longuement traitée dans le premier article, vient apporter la crédibilité à tous ces autres sujets abordés au fil de la lecture des dossiers et informations qui suivent. Le numérique n’est pas hors sol ; au contraire, il investit le sol. 

Inventer l’avenir, qui se construit sur les perspectives immenses du numérique, est forcément grisant et attire les regards. Mais ce qui se passe classiquement sur le terrain est tout autant intéressant. Les 75 ans des CFL, la société qui exploite les chemins de fer luxembourgeois, sont riches d’enseignements, notamment sur le plan humain largement abordé dans cette publication. La visite du port de Dunkerque qui vous est proposée symbolise la permanence du transport ferroviaire dans l’économie du pays : c’est le lien physique entre le monde et l’hinterland. La fonction demeure, les modalités de sa pratique se modernisent en permanence. 

Enfin, un premier regard sur Ouigo train classique, dans l’arrêt sur image, amène à réfléchir sur les savoir-faire dont le chemin de fer peut rester fier. La presse a eu tendance à dire qu’on ne fait que réutiliser de vieux trains. C’est bien le cas et, justement, une fierté de voir à quel point les voitures Corail sont une réussite technique toujours d’actualité, notamment par la douceur et la stabilité de leur roulement sur des bogies conçus par un grand ingénieur qui vient de nous quitter, Pierre Moron, au service du chemin de fer pendant quarante années et auteur de nombreuses études parues dans la RGCF. Que ce soit sur le terrain ou dans la sphère du numérique, le train ne cesse de progresser. 

Bonne lecture !

Pascal Lupo