Numéro 323

Février 2022

Prix Version Papier : 19.00 €
Prix Version Numérique : 19.00 €
Prix Bimédia : 32.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

Travailler au chemin de fer, c’est ignorer la routine. Les raisons elles-mêmes en sont diverses, inattendues, forcées par l’indispensable nécessité de progresser. 

Les amortisseurs intercaisses sont le résultat de travaux passionnants ; lorsque le sujet a été proposé au comité de rédaction, ce fut une découverte, car on pense instantanément aux amortisseurs liés à la suspension des véhicules, alors qu’il s’agit de bien autre chose. Pourtant, le comportement des wagons, voitures et locomotives entre eux s’étudie depuis longtemps. Mais le développement des rames articulées rapides a conduit à réexaminer le problème de fond en comble sans se contenter d’extrapoler les résultats des mesures du passé. 

La rénovation massive du parc de la banlieue parisienne ne se limite pas à remplacer des trains anciens par de nouveaux. C’est une vision globale qui s’impose, en associant les infrastructures et les ateliers, pour organiser une offre de transport efficace pour les années à venir. Là aussi, les ajustements à la marge ne sont plus suffisants. 

Les ouvrages en terre paraissent être un sujet sans histoire, car creuser des tranchées ou former des buttes est vieux comme le monde. Mais dans le cas de l’infrastructure ferroviaire, c’est au contraire un domaine toujours à l’affût d’innovations car le tracé et le profil des lignes de chemin de fer font largement appel à de tels aménagements. L’application tiltmètre vient à point pour surveiller l’évolution de ces ouvrages, dont la stabilité est fondamentale pour la sécurité. Là encore, il faut constamment revenir sur le sujet. 

Le retour du train des primeurs, dont vous trouverez des images, par sa forte médiatisation brise également la léthargie. 

Quant à la crise sanitaire, dont vous trouverez des analyses de ses retombées sur le transport ferroviaire, elle incarne bien une certaine anti-routine radicale qui frappe de plein fouet le train. Pour autant, il ne faut pas s’imaginer que les cheminots se trouvaient plongés dans la routine ces années passées. Le TER est synonyme de dynamisme et d’avenir depuis sa création, comme l’explique le livre d’un grand acteur de ce renouveau des trains régionaux passé dans l’une des six régions expérimentatrices de la décentralisation à la fin du siècle dernier. La création du banc de formation au frein et à la gestion de l’air comprimé dans les TGV symbolise aussi l’envie d’aller de l’avant des équipes dans les ateliers de maintenance ; c’est même une démarche d’avant-garde, qui anticipe le développement de la formation par la réalité virtuelle. 

Également loin de toute routine, Sylvain Zalkind dont nous avons appris avec tristesse le décès juste avant Noël, a mené une vie au service de la cause du chemin de fer particulièrement originale, en faisant preuve d’un dynamisme et d’une imagination hors pairs notamment en organisant des voyages de découverte les plus étonnants. Il fut aussi un contributeur de la RGCF, auteur de plusieurs articles. Bel exemple de dévouement pour faire aimer le chemin de fer.

Bonne lecture !

Pascal Lupo