Numéro 314

Avril 2021

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

Inventer l’avenir est un exercice toujours enthousiasmant et en même temps difficile à concevoir. C’est l’individu, par sa réflexion personnelle, qui imagine les bases de ce qui pourrait exister demain. Ces bases sont le socle du projet dont le moteur est le but qu’on rêve d’atteindre. Sans la moindre action de la part de l’homme, l’avenir existe et se manifeste en situations qui s’observent au présent. Mais on peut agir sur l’avenir en choisissant les actions à mener pour favoriser les futurs possibles et souhaitables. 

Inventer l’avenir fait appel à un mélange d’imagination, de réalisations, de possibilités acquises, d’inventions à découvrir. L’avenir existe toujours ; ce qui importe est de l’orienter au mieux. La prospective, avec tous ses aléas et ses incertitudes, répond aux désirs comme elle met en garde contre les risques et les impasses. Elle n’a jamais prétendu être une science exacte ; au contraire, c’est une science humaine, dans ce sens qu’elle est le produit de la réflexion personnelle et de la recherche pour bâtir des scénarios et proposer des actions. 

Tout ce travail pour construire ou au moins amender le monde de demain nécessite de l’aide. Dans le présent numéro de votre revue, sont décrits de nouveaux outils permettant de se représenter l’avenir. Les dénominations relèvent souvent de noms de code, BIM, CIM ; Tech4Mobility, etc. Ils offrent des possibilités fantastiques grâce au numérique, au moins à deux titres. Au fur et à mesure de l’avancement dans le façonnage d’une vision d’avenir, ils permettent de tester instantanément et visuellement ce que donnerait une hypothèse. Et une fois un projet bien défini, ils en donnent une image claire, à la portée de tous, c’est-à-dire de toute personne qui ne fait pas partie du groupe de travail lui-même : un élément majeur de communication auprès des décideurs et du public. 

Ces outils sont fascinants par leur précision. Mais ils n’ont de sens et d’utilité que s’ils servent la réalité du terrain. C’est dans ce sens qu’on appréciera le travail réalisé sur l’avenir des infrastructures ferroviaires dont le trafic n’est plus celui de l’époque où le train avait le monopole du transport motorisé. Tech4Mobility a ceci d’extraordinaire qu’il défie le temps : il invente l’avenir de ce qu’on pensait être voué à disparaître dans l’oubli du passé. 

Inventer l’avenir, c’est aussi moderniser l’existant et améliorer les performances des équipements actuels, autant d’éléments qui trouvent leurs bases solidement ancrées dans leur passé. Ainsi, les autres articles, sur le matériel roulant et les gares, sont à lire en gardant constamment à l’esprit que le chemin de fer a toujours incarné l’avenir qu’il a su s’inventer.

Bonne lecture !

Pascal Lupo