Numéro 313

Mars 2021

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

Les outils numériques prennent une place de plus en plus importante dans le fonctionnement du chemin de fer. C’est une évidence pour tous, dans le travail au bureau ou chez soi avec Internet. Dans la production ferroviaire, le nombre d’articles parus dans la RGCF sur les applications digitales ne cesse d’augmenter. À la SNCF, ce sont près de 900 personnes qui travaillent dans l’informatique, avec une supervision de la direction générale du numérique forte d’une cinquantaine de collaborateurs. Dans les années à venir, il y a tout à parier que cette direction occupera dans l’organisation de toute entreprise ferroviaire une place de première importance, du même niveau que les directions techniques ancestrales. Le président de la SNCF, avec clairvoyance, a installé une fonction de directeur général du numérique au plus haut de l’organigramme du groupe. Les exploitants de métro font également du numérique leur cheval de bataille pour les développements d’avenir et la RATP, avec ses grands chantiers d’automatisation du réseau ferré, en est une parfaite illustration. 

Mais il ne faut pas tomber dans l’excès en pensant que le digital se suffit à lui-même : l’industrie mécanique reste à la base même du transport. Ce ne sont pas les applications Internet qui réalisent les déplacements de personnes et de marchandises. Le numéro de la RGCF que vous avez dans les mains est principalement composé d’articles qui traitent de la réalité du terrain, celui où s’exécute effectivement le transport. Le renouvellement de la voie sur la LGV Sud-Est est un sujet classique, traditionnel, de l’exploitation ferroviaire. Il n’exclut pas la modernisation des méthodes, y compris évidemment le recours à l’informatique, et c’est bien pour cela que le sujet mérite d’être toujours abordé dans la RGCF. La rénovation de la ligne de Serqueux à Gisors fait appel à des compétences de génie civil, de terrassement, de signalisation, d’alimentation électrique : elles demeurent fondamentales pour disposer d’un réseau permettant d’assurer le trafic. L’électrification d’une autre ligne, celle de Troyes, relève également du savoir-faire ferroviaire depuis plus d’un siècle et toujours porteur d’innovation et d’avenir. Même le décryptage sur un cas particulier de passage à niveau manuel est la démonstration de la continuité de l’évolution technique dans l’exploitation ferroviaire.

En réalité, le sommaire de ce numéro rappelle que le chemin de fer, dans ses composantes techniques d’origine, sait parfaitement intégrer les progrès permanents qui se présentent. Les opportunités offertes par le numérique sont bien déjà utilisées, voire anticipées, comme l’explique le dossier sur la 5G, par les cheminots de toutes fonctions qui ont à cœur de voir le train rendre toujours le meilleur service dans un monde d’avenir.

Bonne lecture ! 

Pascal Lupo