Numéro 298 - Spécial "Al Boraq : la grande vitesse au Maroc"

Novembre 2019

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

Al Boraq, la très grande vitesse au Maroc, est une réalisation d’une envergure exceptionnelle à plus d’un titre. C’est un grand projet qu’il m’a été donné de vivre dès son lancement, comme directeur de l’international, puis tout au long de sa construction avec les organisations à concevoir, comme président de SNCF Consulting, et jusqu’à sa mise en service, avec le recul synthétique que le suivi de la coordination de ce numéro spécial de la RGCF conduit à avoir, comme rédacteur en chef de la revue. C’est ainsi que je souhaite mettre en exergue trois points qui marquent l’ambition, l’originalité et la valeur d’un tel équipement. 

Se lancer dans un projet de ligne à très grande vitesse dans un continent où elle est encore absente demeure, de la part des dirigeants du Maroc, un signe de courage et de foi dans l’avenir. La démarche est justement d’une grande envergure, car, loin d’être une simple relation inter-villes, c’est l’offre ferroviaire de tout un pays qui gagne en excellence et en complémentarité, et dont la modernité est un exemple inspirant pour le développement de l’Afrique tout entière. Al Boraq est une ambition sage, constructive, positive, durable pour les générations à venir. 

La très grande vitesse ferroviaire est bien maîtrisée en France. Sa déclinaison au Maroc aurait pu être une simple reproduction locale. Le penser n’est autre qu’une erreur de jugement. Ce numéro de la RGCF se limite à ce qui s’est révélé différent de la création des lignes à grande vitesse comme nous les connaissons en France. L’importance du numéro que vous avez entre les mains atteste que les spécificités sont nombreuses. Le Maroc a été un terrain riche d’enseignements pour faire progresser la technologie et les Marocains ont apporté leur savoir-faire déterminant pour la réussite du projet. Al Boraq est bien une réalisation originale. 

La valeur de cet équipement dépasse largement la mise au point technique, commerciale et managériale du système Al Boraq. Sa richesse demeure dans la coopération entre le Maroc et la France, étroite de longue date sur le plan ferroviaire ; avec le saut que représente la très grande vitesse, cette amitié entre deux peuples fait preuve d’une vitalité également de grande envergure. 

Bonne lecture ! 

Pascal Lupo