Numéro 297

Octobre 2019

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

Les gares occupent une place importante dans le système ferroviaire ; c’est également le cas dans ce numéro de votre revue. Et ça l’est aussi dans les médias actuellement avec l’annonce de grands projets. 

Depuis la mise en place d’une direction des gares de plein exercice au niveau national, au début des années 2000, une politique réfléchie et cohérente s’est construite. Elle aborde la question de l’aménagement des gares sous l’angle du service à rendre aux voyageurs tout en prenant en compte l’ensemble des personnes qui ne font qu’y passer. L’aspect architectural, qui suscite tant de commentaires actuellement, n’est qu’un volet d’une politique des gares, mais c’est le plus visible depuis que les grandes compagnies en ont fait leur marqueur dans la ville. On se reportera avec curiosité aux différents articles publiés dans la RGCF traitant des gares il y a une dizaine d’années. 

Les dossiers qui vous sont proposés font le tour des grandes gares parisiennes. Certaines ont fait l’objet de modernisations bien appréciées du public. D’autres sont en plein chantier. La croissance des trafics en Île-de-France justifie toutes ces transformations ; l’évolution des modes de vie doit aussi être prise en compte. 

Des idées fausses et des polémiques viennent contrarier les projets de modernisation des gares à Paris. Les plus fréquentes méritent d’être corrigées, la gare prétendument devenue centre commercial et les bâtiments défigurés. Les deux sujets sont d’ailleurs liés dans l’esprit des détracteurs. Prétendre que le parcours du voyageur passe dorénavant par un labyrinthe de boutiques est contredit par les rénovations récentes des gares de l’Est et Saint-Lazare. Au contraire, de nouveaux accès directs avec le métro ont été justement créés. Quant à la mise en valeur de l’architecture et de la décoration des gares, les réaménagements ont fait redécouvrir les vitraux de la gare Saint-Lazare et la mezzanine de la gare de l’Est magnifiquement éclairée par un plafond parsemé de pavés de verre. Les fresques de la gare de Lyon comme celles de Vasarely à Montparnasse bénéficient d’une restauration soignée dans le cadre des travaux en cours de réaménagement des bâtiments. 

Parler autant en détail des grandes gares parisiennes dans ce numéro vient à point pour vous permettre, chers lecteurs, d’en savoir davantage sur tout ce qui se prépare pour faire des gares les portes accueillantes de Paris en vue des Jeux olympiques de 2024. Chacun y trouvera ce qu’il souhaite, fluidité du passage, attrait du commerce, environnement artistique. 

Bonne lecture !

Pascal Lupo