Numéro 292

Avril 2019

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

Le mass transit est à la fois une préoccupation et une force du chemin de fer. Cette expression devenue courante désigne la capacité des transports en commun à acheminer de forts flux de voyageurs. Elle évoque plus particulièrement les pointes de trafic quotidiennes que connaissent les transports urbains et suburbains dans les grandes métropoles. Là où la volonté politique et les investissements nécessaires manquent pour y remédier, elle vire au cauchemar : paralysie, pénibilité, agacement. C’est une préoccupation normale si on anticipe les mesures pertinentes à prendre ; ça l’est beaucoup moins lorsque le trafic dépasse les prévisions. 

Quand la saturation est atteinte, c’est là que le chemin de fer relève le défi de nouveau : absorber le mass transit est à sa portée, dès lors que la filière ferroviaire peut mettre en oeuvre les nouvelles solutions qu’elle invente. Les différents articles de ce numéro de votre revue forment la boîte à outils que les décideurs politiques ont à leur disposition pour résoudre la question de ce fameux mass transit, dès que le coup d’envoi, voire le premier coup de pioche, est donné. 

Les infrastructures doivent être capables d’absorber les flux de voyageurs, d’accompagnateurs et de visiteurs. La gare de Lyon Part-Dieu mène une vie comparable à celle du RER parisien : construction nouvelle en 1983, victime de son succès, objet d’agrandissements réguliers, jusqu’au moment où des mesures radicales s’imposent pour l’avenir. Le dossier vous montrera comment le chemin de fer dans sa composante infrastructure se prépare pour servir davantage de monde et encore mieux. 

L’exploitation, entendue au sens large, gère le trafic. Elle aussi sait se remettre en cause pour se réorganiser afin qu’un incident de circulation ne se traduise pas par de lourdes et longues perturbations. Le flux s’alimente sans pitié ; il supporte mal de ne pas s’écouler. Un autre dossier vient analyser la faculté de revenir à une situation normale après une entrave à la fluidité du trafic. L’information sur le parc des Regio2N entre aussi dans le traitement du mass transit. Il s’agit d’utiliser au mieux un matériel roulant conçu justement pour acheminer de nombreux voyageurs. Lorsqu’il était au stade de la conception dans les bureaux d’étude, son nom de code était d’ailleurs porteur hyperdense. 

Ainsi, ce numéro de la RGCF souligne bien la capacité du chemin de fer à répondre aux préoccupations des mégalopoles en matière de déplacements. 

Bonne lecture ! 

Pascal Lupo