Numéro 281

Avril 2018

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

Les médias parlent du système ferroviaire le plus souvent dans la confusion lorsqu’un événement, généralement désagréable, vient nourrir l’actualité. La RGCF, loin d’ignorer les difficultés auxquelles sont confrontées les personnes chargées des investissements et de l’exploitation ferroviaires, aborde ces sujets dans la sérénité pour permettre de comprendre objectivement les actions menées dans la durée. Le présent numéro offre un panorama étendu de thèmes sensibles sur lesquels ont été interpellés les acteurs de toutes fonctions et de toutes conditions qui travaillent sans relâche.

Les articles sur le Grand Paris Express, la dalle de Clamart et le tunnel du Saint-Gothard sont à mettre au rang des batailles politiques sur les investissements : doit-on encore justifier l’utilité d’un métro dans une agglomération de plus de dix millions d’habitants ? La faisabilité d’un tunnel entre la France et l’Italie est-elle irréaliste tandis que la Suisse vient d’en construire un encore plus long ? Est-il raisonnable d’engager des dépenses aussi élevées, pourtant aux retombées socio-économiques sur de longues périodes ?

Le dossier sur Moripan, MOdèle de RIsque au PAssage à Niveau, rappellera évidemment le cas dramatique des accidents impliquant particulièrement les autocars. Les cheminots, conducteurs de train en première ligne, se préoccupent en permanence de la sécurité et les efforts pour rechercher les meilleures solutions s’exercent sans discontinuité, même et surtout en dehors des faits d’actualité malheureux.

Le dossier sur les essais en vitesse traite aussi d’un sujet sensible. Tester une nouvelle installation comporte forcément une exploration vers l’inconnu. Mais il ne s’agit pas de prendre des risques inconsidérés : la sécurité, priorité continuelle du chemin de fer, ne saurait être négligée dans une campagne d’essais. Aller de l’avant s’avère indispensable pour progresser ; ce n’est pas pour autant foncer tête baissée.

Les cheminots du terrain ne sont pas oubliés par l’actualité médiatique. L’hiver a été particulièrement rigoureux et le système ferroviaire a subi d’importantes chutes de neige y compris en région parisienne. C’est l’occasion de belles images, mais aussi de tracasseries pour toute la collectivité, voyageurs comme exploitants. Le décryptage sur les hauteurs de quai a le mérite d’exposer un problème quotidien, avec la façon de le traiter, bien avant qu’un journal soudainement vienne laisser entendre qu’on n’y avait jamais pensé.

Enfin, l’organisation générale du système ferroviaire ne saurait être prise à la légère. Le texte sur le cas de la concurrence sur le réseau en Italie est une contribution supplémentaire de la RGCF à la bonne compréhension des enjeux, conformément à sa ligne éditoriale : présenter posément les faits avec toute la rigueur scientifique utile.

Assurément, le chemin de fer suscite la passion des Français, tiraillés dans tous les sens, y compris ceux qui ne sont que déchirements de l’opinion. Il serait préférable de tirer vers l’avenir le développement du système ferroviaire, porteur de tant de bénéfices trop oubliés dans les débats publics.

 

Bonne lecture !

Pascal Lupo