Numéro 275

Octobre 2017

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir l'éditorial

Sommaire

Dossier

Modélisation de la ventilation de chantier en tunnel avec utilisation de la mécanique des fluides numérique (partie 1)

Tout chantier génère de la pollution. En souterrain, cette pollution s’accumule. Afin d’assurer une atmosphère saine pour les personnes travaillant dans le tunnel, une attention particulière est portée à la qualité de l’air. Le principe de base consiste à supprimer ou limiter l’émission de substances polluantes gênantes. Toutefois, les émissions sont souvent trop importantes. Afin de ne pas dépasser les seuils imposés par le Code du Travail, il faut assurer un courant d’air dans le tunnel pour diluer ou évacuer les polluants non neutralisés ou non captés à la source. Ce dossier important montre tout l’intérêt porté aux conditions de travail en tunnel et aux études qui les accompagnent. Il sera divisé en deux parties, la première comprenant les bases de calcul et de modélisation, avec deux exemples de cas de validation, la seconde (RGCF novembre 2017) sera l’application à la Transversale Rive Gauche, dont les nombreuses ouvertures compliquent l’étude de la ventilation pour les travaux.

Repenser les espaces de vente par une démarche de design thinking

Ce dossier vise à présenter la démarche de design thinking utilisée pour repenser les espaces de vente de la SNCF, ainsi que ses bénéfices. De nombreux résultats et sujets ont été abordés. Ils ne seront pas présentés de manière exhaustive, mais les points clés seront mis en avant. Après une présentation des objectifs de la SNCF et des constats actuels, les différentes phases de la démarche et les bénéfices seront présentés.

Concept de tolérance de défauts sur les essieux-axes de l'UIC. Définotion des propriétés de surface admissibles en maintenance

Les principales caractéristiques constructives des essieux-axes en service en Europe sont définies par les documents de l'UIC et les normes européennes. Au-delà de cette définition, les experts de l’UIC ont mené une étude pour définir les caractéristiques de surface admissibles pour les essieux-axes dans le cadre de leur maintenance. Leurs travaux permettent désormais d'évaluer les défauts sur la surface d‘un axe déposé une fois son revêtement protecteur éliminé, puis de les catégoriser dans des « classes de défaut 1 à 4 de l'UIC ». Chaque classe de défaut fait l'objet d'une description détaillée, avec des recommandations concernant les critères de tolérance acceptables et les mesures à prendre pour maintenir l’essieu-axe en service.