Numéro 273 - Spécial "La LGV Sud Europe Atlantique"

Juillet 2017

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir l'éditorial

Sommaire

Dossier

La LGV SEA : une nouvelle ligne, une concession, un nouveau gestionnaire d'infrastructure
Une ligne pour tout le Grand Sud-Ouest

Le 2 juillet 2017, date de la mise en service de la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique, Paris et Bordeaux ne sont plus qu'à deux heures l'une de l'autre. Mais ce sont bien tous les territoires du grand sud-ouest qui bénéficient des effets de la grande vitesse ferroviaire, grâce à un projet lancé en 1992...

La LGV SEA : une nouvelle ligne, une concession, un nouveau gestionnaire d'infrastructure
Présentation du projet d'aménagement, du service et de la ligne SEA

Ce projet présente les caractéristiques générales de la ligne à grande vitesse SEA, mise en service le 2 juillet 2017 entre Tours et Bordeaux.

Atlantique 2017, la construction des services sur et autour des deux nouvelles LGV

La mise en service commercial des deux nouvelles LGV SEA et BPL simultanément le 2 juillet 2017 a généré un changement dans le fonctionnement d'un tiers du réseau ferré national. La construction des nouvelles trames de sillons est un long processus qui s'est déroulé sur pas moins de cinq années.

Répartition de la capacité

Les mises en service conjointes mi-2017 des Lignes à Grande Vitesse Bretagne – Pays de la Loire (BPL) et Sud Europe Atlantique (SEA) viennent compléter la première section de ligne entre Paris – Le Mans/Tours (LN2) mise en service en 1989-90. Ces deux ouvertures de lignes entraînent une refonte complète des services sur le secteur Atlantique. LISEA est chargé de répartir les capacités de l'infrastructure ferroviaire qui lui a été concédée, en assurant la meilleure utilisation de cette infrastructure, et SNCF Réseau est chargé de cette même mission sur le réseau ferré national non concédé. Les deux gestionnaires d’infrastructure veillent ensemble à assurer la meilleure utilisation des infrastructures et le développement équilibré de l'ensemble des services ferroviaires.

La construction de la LGV par COSEA

Les événements marquants qui ont jalonné la construction de la LGV SEA par COSEA structuré en cinq sous-groupements.

Génie civil. Optimisation des méthodes sous contrainte de délai

Ce dossier présente les choix qui ont été faits pour optimiser les structures, d’une part, mais aussi et surtout les méthodes pour les mettre en adéquation avec un planning tendu. Ce sont principalement les ouvrages d’art qui ont fait l’objet de recherches mais les ouvrages en terre à proximité ne sont pas en reste.

Les recherches archéologiques du tracé de la LGV EA

Ce dossier présente quelques aspects concernant les opérations archéologiques réalisées sur la LGV SEA qui seront valorisées par une grande exposition qui se tiendra prochainement au musée d’Aquitaine à Bordeaux puis dans différents musées partenaires.

Les superstructures

Les travaux de superstructure de la LGV SEA, de la responsabilité du sous-groupement dédié, ont respecté une vitesse d’avancement de 650 m par jour et par front, résultat d’une anticipation de nombreux sujets et de choix de modes de mise en œuvre. Ils ont été réalisés d’une part en mode routier (implantation des supports caténaires, approvisionnement des traverses, pré-ballastage) et d’autre part en mode ferroviaire (pose de la voie, ballastage, déroulage de la caténaire).

La préservation de l'environnement, une dimension importante du projet de LGV Sud Europe Atlantique (SEA)

Une grande infrastructure linéaire comme la LGV SEA, a un impact important sur l’environnement et l’écologie des régions traversées. Pour en minimiser les effets, un processus de longue haleine d’études et de concertations dans le cadre de dispositions légales et réglementaires, a été mis en œuvre dès les premières phases du projet, afin d’assurer les transparences hydrauliques et écologiques (faune) terrestres et aquatiques de l’infrastructure, de l’insérer dans les paysages traversés et de protéger les populations riveraines contre le bruit.

LGV SEA : le sous-groupement Energie (SGE)

La fourniture du 2 x 25 kV nécessaire à l’alimentation des caténaires de la LGV SEA est assurée par quatre sous-stations et un poste d’injection, lui-même alimenté par des lignes bifilaires 50 kV, implantés sur emprise. Afin de prévenir, du fait de cette disposition particulière, des phénomènes de surtension préjudiciables pour le matériel roulant, les études ont abouti à la mise en place de filtres limiteurs.

La signalisation ERTMS N2 et TVM 300

Des origines du projet à la mise en service commerciale, le présent article donne une vision de la signalisation opérationnelle sur la ligne nouvelle SEA, avec un regard infrastructure (SOL) vs matériel roulant (BORD) et réciproquement BORD vs SOL. Ce dossier décrit la démarche qui aura permis d’aboutir à un système opérationnel tant pour les trains ne disposant que de la TVM300 que ceux équipés en ERTMS et ce dès les premières circulations commerciales dans le cadre d’une cohabitation maîtrisée et dans le respect autant que faire se peut des diverses contraintes connues du système ferroviaire. D’ores et déjà, les performances de chacun des systèmes déployés en juxtaposition sur cette ligne nouvelle ont été démontrées lors des différentes phases d’essais réalisés systématiquement avant toute mise en service d’une nouvelle exploitation.

COSEA, le projet
Les équipements ferroviaires de la LGV SEA

Le respect d'un délai de 73 mois pour la réalisation de l'immense chantier qu'ont constitués les études, la construction et les essais de la LGV SEA a été obtenu grâce à une planification stricte, des méthodes de travaux adaptées, une coordination et une intégration des différents métiers intervenant dans ce système ferroviaire complexe.

COSEA, le projet
Une exploitation au service des travaux

La sécurité des circulations ferroviaires et la gestion opérationnelle des trains de travaux, la protection des chantiers élémentaires et la sécurité du personnel ont été assurées en application d’un « Règlement temporaire exploitation et sécurité » adapté aux différentes phases de déroulement du projet (travaux, essais, formation, pré-exploitation).

COSEA, le projet
Les différentes phases d'essais

Les tests et essais du système complexe que constitue la LGV SEA impliquent tous les métiers du ferroviaire. Ils commencent dès les vérifications en usine, se déroulent dans chaque sous-système et se poursuivent jusqu’ aux phases d’intégration et d’essais dynamiques. C’est le cas par exemple des essais de télécommande de signalisation ou des transmissions GSM-R.

COSEA, le projet
Les essais dynamiques

Dans le cadre de la validation de la ligne à grande vitesse SEA, COSEA a confié la réalisation de l’ensemble des essais « basses vitesses » et « grandes vitesses » au GAE (Groupement assistant essai), groupement momentané d’entreprises constitué par la société SYSTRA (leader en conseil et ingénierie ferroviaires) et EURAILTEST (leader dans le domaine des essais ferroviaires).

COSEA, le projet
Les outils au service du projet

L’ensemble de toutes les activités de construction de la LGV SEA ne peut s’entendre que supportées par des outils informatiques de contrôle et de traçabilité adaptés au service de tous depuis la conception jusqu’aux essais finaux (GED, SAPHYR, codes objet,…).

COSEA, le projet
Les innovations techniques

A l’occasion de la réalisation de la LGV SEA des dispositifs techniques spécifiques (détecteurs de défauts de roue, de pantographe) ont été mis en place, des centres de supervision et des réseaux de transmission à la pointe de la technologie ont été installés et des outils de gestion (REX, simulation) ont été développés.

L'articulation LISEA/MESEA

Le montage particulier de la concession redistribue les rôles des différents exploitants par rapport à ce qui est pratiqué sur le reste du réseau ferré national. Dans ce contexte, les relations entre LISEA, Gestionnaire d’Infrastructure agréé par l’EPSF, et MESEA, son prestataire de maintenance, s’articulent autour d’objectifs communs de sécurité, de performance et d’optimisation des missions maintenance/renouvellement.

MESEA
MESEA : premier mainteneur privé d'une ligne à grande vitesse

Durant la période de concession de la LGV SEA Tours-Bordeaux, l’exploitation et la maintenance de la ligne à grande vitesse vont être les principaux enjeux. Elles sont assurées par MESEA, garant de la sécurité et de la performance dès la mise en service commercial, en juillet 2017, et pendant toute la durée de la concession, soit jusqu’en 2061.

MESEA
MESEA assure sa performance dans un contexte (très) structurant

MESEA construit son organisation sous l’angle de la performance pour répondre aux attentes de ses clients (LISEA, SNCF, Clients voyageurs). Les objectifs sont sécurité, fiabilité, disponibilité, régularité et confort.

MESEA
La maintenance de la LGV SEA sera-t'elle différente ?

Dans le cadre de la ligne SEA qui représente le renouveau du modèle concessif en France, il est légitime de s'attendre à une maintenance différente de celle réalisée sur le reste du réseau ferré national. Et c’est effectivement le cas. Une coordination forte avec la conception/construction tout au long du projet, une volonté d'innovation et une orientation marquée vers la numérisation ont façonné un système de maintenance différencié de celui du mainteneur historique.

MESEA
Une maintenance digitalisée

MESEA fait le choix de moderniser les outils de suivi des opérations pour maintenir et exploiter en toute sécurité et de manière performante.

MESEA
Les recrutements et la formation : deux enjeux pour préparer l'activité de MESEA

L’aventure MESEA est avant tout une aventure humaine. Entre 2015 et 2017, l’enjeu a été de créer un parcours de formation à des métiers nouveaux et de recruter des profils. MESEA étant dans un format start-up, tout était à construire.

L'intégration de la ligne SEA au RFN : jonctions, poste de commande à distance (PCD) SEA

Le raccordement au Réseau Ferré National de la LGV SEA et de ses dix jonctions a généré un volume de travaux de grande ampleur sur les lignes classiques, Tours-Bordeaux essentiellement, avec d’importantes contraintes de programmation pour limiter les conséquences sur le trafic de cet axe, mais aussi techniques. Une structure spécifique de SNCF Réseau en a assuré la réalisation.

Le traitement du raccordement des structures d'assise d'une ligne nouvelle à une ligne classique

Ce dossier présente la part conception du jumelage de plates-formes nouvelles et anciennes, et plus particulièrement cette interface particulière qui a été traitée au niveau des structures d’assises des voies. Les investigations réalisées, et la mise en en œuvre d’une méthodologie d’interprétation dédiée aux raccordements SEA sont d’abord détaillés. La concrétisation de ce travail est présentée à travers l’exemple des travaux de construction du raccordement d’Ambarès-et-Lagrave.

Ambarès-et-Lagrave, un raccordement en milieu urbain

Le raccordement de la LGV SEA au RFN au nord de Bordeaux se fait sur la commune d’Ambarès, très urbanisée et déjà traversée par des infrastructures linéaires majeures telles l’autoroute A10, la ligne classique Paris-Bordeaux et la ligne Bordeaux-Saintes.

La transformation des postes de commande à distance (PCD)

La télécommande des itinéraires et appareils de voie de la LGV SEA et des raccordements avec le réseau existant se fera, en attendant le déploiement de la future commande centralisée du réseau (CCR) Aquitaine, à partir de nouveaux postes de commande à distance (PCD) installés à Monts, Poitiers, Angoulême et Bordeaux, où est implanté le PCD SEA.

L'exploitation de la LGV SEA

La mise en service de la LGV SEA et ses 12 points de jonction avec le réseau existant bouverse les conditions d'exploitation de l'axe Paris-Bordeaux. Les commandes d'itinéraire se font depuis le PCD (poste de commande à distance) de Bordeaux et les PCD modifiés de la ligne classique. Les missions de gestion de circulation ont été revues et attribuées en conséquence.

SEA : la desserte commerciale

Comment faire bénéficier aux voyageurs à destination des villes du Sud-Ouest de la France des avantages procurés par la LGV SEA en terme de gain de temps, tout en conservant de bonnes fréquences, c’est tout l’enjeu du montage de leurs dessertes.

Les rames TGV Euroduplex Océane

La rame TGV Océane est apparue dans le paysage ferroviaire le 11 décembre 2016, avec des circulations commerciales sur l’Axe Paris-Bordeaux- Toulouse à raison d’un aller-retour par jour. Ce démarrage modeste a permis les dernières mises au point en vue de la mise en service commercial de la nouvelle ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique le 2 juillet avec 15 rames TGV Océane.

Mise en service de la LGV SEA : une refonte de la trame horaire des TER Nouvelle Aquitaine

La mise en service de la LGV SEA qui permet de relier Bordeaux à Paris en 2h04 depuis le 2 juillet 2017 a conduit à repenser la trame horaire du TER Nouvelle-Aquitaine.

La métamorphose de Bordeaux-Saint-Jean 2017

Le bâtiment Voyageurs de la gare de Bordeaux Saint-Jean a déjà connu depuis 1898 des modifications de ses aménagements pour s’adapter à l’évolution des trafics et des comportements du voyage. Avec la mise en service de la LGV SEA c’est une nouvelle métamorphose qui s’opère : le projet parcours 2017.