Numéro 270 - Spécial "Bordeaux"

Avril 2017

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir l'éditorial

Sommaire

Dossier

Les chantiers du bouchon ferroviaire de Bordeaux

L’arrivée nord de la gare de Bordeaux-Saint-Jean se faisait par une seule ligne à double voie empruntant la « passerelle Eiffel » source de nombreuses difficultés de circulation pour tous les trafics tant TGV que TET, TER ou fret (corridor européen n° 4 Atlantique) : le bouchon ferroviaire de Bordeaux. Il a fallu pas moins de 15 années d’études et de travaux pour le faire sauter le 8 mai 2016 et préparer ainsi l’augmentation de trafic liée à l’ouverture de la LGV Sud Europe Atlantique, l’Océane.

Le pont Garonne

Peut-être recevra-t-il un jour un nom plus spécifique, mais pour l’instant le nouveau pont ferroviaire de Bordeaux est appelé « Pont Garonne ». Il est situé à l’aval de la passerelle Eiffel qui n’est plus en service et fait partie du patrimoine UNESCO. Il constitue le premier ouvrage du projet de suppression du bouchon ferroviaire de Bordeaux. Un viaduc métallique de 445 m de longueur, suivi d’un portique BA de 22,5 m, il supporte quatre voies, et fait une largeur totale de 22 m. Le coût des travaux était de l’ordre de 55 M d’€ environ.

L'intégration urbaine de l'estacade de Cenon

La construction de l’estacade de Cenon supportant les quatre voies d’entrée dans Bordeaux a fait l’objet d’une concertation importante avec la population qui comporte en particulier une vraie originalité : un évènement festif organisé sous l’ouvrage en mars 2016.

La rénovation de la Grande Halle Voyageurs de la gare de Bordeaux

Afin d’accompagner l’arrivée de la Ligne à Grande Vitesse Sud Europe Atlantique Tours-Bordeaux en juillet 2017, dans une démarche d’évolution de la gare et plus globalement du quartier Saint-Jean / Belcier, SNCF Réseau réalise la rénovation complète de la Grande Halle Voyageurs (GHV). Plus de confort, plus de clarté, c’est le bénéfice que pourront en attendre les voyageurs après les chantiers de rénovation de cette grande verrière.

Objectif Bordeaux 2017 : l'impact des chantiers pour les voyageurs et la gestion des travaux dans une gare en exploitation

L’ampleur des travaux réalisés en gare de Bordeaux Saint-Jean ont fortement perturbé les parcours des voyageurs et le fonctionnement des services en gare, nécessitant une attention et une vigilance accrues des personnels.

L'extension de la gare de Bordeaux Saint-Jean : le bâtiment Belcier

La mise en service de la LGV SEA (Sud Europe Atlantique) en juillet 2017 va engendrer un accroissement du nombre de voyageurs empruntant les trains en gare de Bordeaux Saint-Jean. Faciliter leur accès aux trains en complément de celui du bâtiment historique, depuis un quartier en pleine transformation avec le projet « Bordeaux Euratlantique », tel est le défi à relever par la nouvelle gare de Belcier et de ses parkings associés.

Le percement du pont du Guit. Une opération coup de poing de grande envergure

Le percement du pont du GUIT est une opération de génie civil réalisée à la faveur d’une coupure routière de quatre semaines pour mettre en place un mécano de béton qui sera le lien entre les deux parkings silo de la nouvelle gare.

Construction du pont de la Palombe. Des travaux connexes d'ampleur

La construction d’un nouvel ouvrage de franchissement des voies ferrées au sud de la gare de Bordeaux Saint Jean, au cœur d’une zone ferroviaire dense avec une concomitance de projets dans un périmètre rapproché, nécessite des modifications importantes des installations ferroviaires dans ou à proximité du fuseau retenu.

La sous-station de Deschamps

Pour améliorer les conditions d’alimentation des caténaires 1 500 V courant continu de la gare de Bordeaux Saint-Jean et de ses chantiers annexes, une nouvelle sous-station de 10 000 kW a été installée à proximité immédiate de celle-ci.

La station de maintenance des TGV de Bordeaux

La ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique (LGV SEA) reliant Bordeaux à Paris en 2h05 sera en service dès juillet 2017. Ainsi, le développement de l’offre TGV et du parc matériel a nécessité dès 2009 un développement des capacités de maintenance légère (niveau 2) des TGV en province pour réaliser celle-ci en creux de roulement et afin de privilégier la maintenance lourde (niveau 3) dans les technicentres TGV existants (sites parisiens et lyonnais). Ainsi les sites de Tourcoing, de Nice ou encore de Bordeaux ont été choisis pour leurs positions géographiques vis-à-vis du développement des lignes à grandes vitesse pour l’implantation d’une station de maintenance des TGV.

L'atelier TER de Bordeaux

Dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique de transport, la Région Nouvelle-Aquitaine procède au renouvellement et au développement du parc des matériels roulants TER. Après l’acquisition d’Automoteurs à Grande Capacité (AGC) fabriqués par Bombardier (27 rames tri-caisses bi-modes BGC thermiques/électriques), la région a dernièrement commandé des matériels TER type Régiolis et Régio2N, dont la livraison a débuté en juillet 2013. Pour en assurer la maintenance un nouvel atelier a été construit.

Les réseaux humides du technicentre Aquitaine

En tant qu’établissement à caractère technique et industriel, le Technicentre Aquitaine dispose de cinq réseaux d’eau spécialisés et en tant qu’établissement classé pour la protection de l’environnement il est soumis à l’arrêté d’autorisation d’exploiter. Ayant subi de nombreuses phases de construction et d’évolution, une remise en conformité de ses réseaux d’eau est nécessaire tout en maintenant l’activité du site.

Le réseau de tramway de Bordeaux

Le réseau de tramway de Bordeaux comporte trois lignes totalisant 65,4 km empruntées par une centaine de rames Citadis (Alstom). Une quatrième ligne et plusieurs extensions porteront sa longueur à plus de 75 km et nécessiteront une quinzaine de rames supplémentaires à l’horizon 2019.

Le prolongement de la ligne C du tramway de Bordeaux

La ligne C du tramway de Bordeaux a été prolongée le 18 décembre 2016 jusqu’à Blanquefort (entrée du Médoc). Elle a comme particularité d’utiliser sur une partie importante de son tracé une plate-forme contiguë à celle de la ligne du Réseau Ferré National Bordeaux – La Pointe-de-Grave, ouvrant ainsi la possibilité d’une future exploitation en mixité « Tram-Train » TER.

Vers le Médoc : deux infrastructures contiguës. Gestion des PN et autres conséquences

L’implantation de la ligne C du tramway de Bordeaux le long du réseau ferré national a conduit à la fois à réaliser des travaux de modernisation et de partage de la plate-forme mais aussi à définir des règles d’exploitation partagées entre SNCF Réseau et Bordeaux Métropole, exploitant du tramway.

La reconstitution du Triangle des Echoppes

Le projet de reconstitution du « Triangle des Echoppes » s’inscrit dans le cadre de la recomposition de l’offre TER dans l’ouest de l’agglomération bordelaise liée notamment à la future mise en service du prolongement de la ligne C du tramway. Il s’est concrétisé par la remise en service d’une liaison ferroviaire directe entre la ligne de ceinture de Bordeaux et la gare de Pessac (située sur la ligne vers Arcachon, Hendaye et Tarbes et terminus de la ligne B du tramway).