Numéro 249 - Spécial "Signalisation - Partie 1"

Mai 2015

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

La signalisation donne au train deux qualités qui en font sa force : une sécurité élevée et une capacité de transport importante. Ces qualités resteront des atouts uniquement si des progrès permanents accroissent les performances.

Encore une fois, ce sont des cheminots de tous niveaux et de diverses fonctions, mais tous impliqués dans la signalisation, qui ont proposé à la RGCF de faire le point des dernières innovations en la matière. Le sujet n’est pas nouveau et on pouvait penser que tout a déjà été dit sur le rôle et la mise en œuvre de la signalisation, avec des évolutions continues depuis que les trains se succèdent sur les mêmes voies. Mais la préparation de ce numéro a révélé l’ampleur des réflexions, des défis à relever, de la capacité à inventer et à tester des solutions parfois radicalement nouvelles et toujours raisonnables, de la part des personnels constamment soucieux d’aller de l’avant. L’ensemble des dossiers qui vous sont présentés a nécessité un an de travail de préparation, d’écriture, de relecture : la rigueur des textes va de pair avec le thème de la signalisation, étroitement lié à celui de la sécurité.

Un résultat, inattendu lorsqu’a été lancée l’idée d’un numéro entièrement consacré à la signalisation, est la richesse des contributions : on dépasse 200 pages, qu’il a bien fallu se résoudre à répartir sur deux numéros, chacun étant encore bien copieux. Toutefois, pour en permettre la lecture avec cohérence, les dossiers relatifs à l’ERTMS seront regroupés dans la prochaine livraison de la revue, en juin.

Cette richesse donne à réfléchir sur l’histoire, y compris l’avenir tant les deux sont mêlés, du chemin de fer. Nous ne donnons pas un tableau exhaustif de la signalisation ferroviaire en France, mais seulement, oserait-on dire, de l’actualité tournée vers le futur proche. Aussi, nous nous rappellerons tout ce que nous devons aux personnels qui nous ont précédés. D’une part, Alain Gernigon a rédigé un article sur le code Verlant, étape majeure dans la sécurité : c’est un honneur pour notre revue d’accueillir ici ce grand connaisseur, auteur d’une histoire de la signalisation fort instructive. D’autre part, un simple arrêt sur image rappellera dans le prochain numéro que les signaux mécaniques côtoient les technologies les plus modernes, ce qui demeure une invitation à considérer avec humilité et fierté les solutions mises au point dans le passé et toujours efficaces de nos jours. Cette continuité entre générations de technologies et de cheminots, dans un environnement technique et social qui se transforme radicalement, souligne bien que le train n’a pas fini de faire profiter la collectivité de ses qualités de sécurité et de transport de masse.

La signalisation peut se lire avec rigueur comme une succession d’équipements et d’algorithmes ; elle mérite aussi d’être lue avec philosophie comme une ambition d’aller plus loin, propre à l’homme qui invente.

 

Bonne lecture !

Pascal Lupo