Numéro 247

Mars 2015

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

Ce numéro est placé sous le signe de l’ouverture. Ouverture aux ingénieurs des dernières techniques ferroviaires ; ouverture aux décideurs politiques des innovations les plus diverses dans le domaine des matériels roulants ; ouverture au public de l’attention portée par l’administration d’Etat à la qualité des services de transport. Tous ces thèmes touchent en réalité directement l’ensemble des professionnels de l’industrie ferroviaire, constructeurs comme exploitants.

Dès qu’ils conçoivent un nouveau matériel, les ingénieurs intègrent la sécurité et la fiabilité dans les choix des matériaux et des équipements. La recherche des meilleures solutions fait appel aux progrès incessants de la modélisation et du contrôle permis par le numérique. Les avantages sont bien connus : rapidité, économie, répétition et comparaisons entre scénarios. Mais la conception des programmes d’essai et de vérification nécessite un savoir-faire rigoureux, qui vous est présenté dans plusieurs articles sur des cas bien précis.

Plusieurs matériels roulants sont mis en avant dans ce numéro. Ils paraissent très différents ; en effet, ce sont une locomotive diesel, une rame régionale, un train à très grande vitesse. Pourtant, les techniciens qui les ont mis au point ont eu à relever des enjeux communs, à savoir la meilleure performance pour les entreprises qui les exploiteront. Concernant la locomotive, le progrès attendu réside dans la motorisation, alliant fiabilité en divisant par quatre le risque d’immobilisation pour cause de panne, et en ajustant la consommation au strict besoin. Pour l’automotrice régionale, le souci à résoudre est l’optimisation de l’espace à bord pour satisfaire tous les besoins des voyageurs, véritable quadrature du cercle, en permettant d’offrir une place assise même en période de pointe, tout en accueillant les bicyclettes et sans oublier l’accessibilité aux fauteuils roulants. Quant à la nouvelle rame à très grande vitesse, elle doit répondre au défi redoutable pour le train que sont l’avion low cost et la voiture partagée y compris dans son coût d’utilisation ; vitesse, prestations à bord et économie d’exploitation sont ses armes pour affronter la concurrence.

Nous avons déjà eu l’occasion d’aborder la question de la qualité, notamment dans le numéro de novembre dernier. Vous trouverez ici une présentation très détaillée des missions de la nouvelle Autorité de la qualité de service dans les transports. Il s’agit bien d’une approche sur l’ensemble des transports, comme le souhaitent les voyageurs indépendamment d’une technique et c’est pour cela que la photo de couverture, examinée attentivement, met en valeur l’intermodalité et l’information. Pour les professionnels du ferroviaire, il est particulièrement précieux de savoir non seulement sur quels critères la puissance publique porte son jugement, mais aussi comment le train est perçu face à l’avion et aux transports collectifs. C’est un regard enrichissant pour qui en sait tirer les enseignements pertinents pour progresser et le train a su être précurseur avec des gestes commerciaux. L’équité entre modes de transport et le juste équilibre entre dédommagement et pénalité se discutent aussi au-delà de la France, dans les travaux de la Commission européenne actuellement en cours sur les droits des passagers.

Revue technique assurément, la RGCF ouvre les portes du chemin de fer actuel et à venir à tous ceux qui veulent en comprendre le fonctionnement et les enjeux.

 

Bonne lecture !

 

Pascal Lupo

Rédacteur en chef