Numéro 233

Décembre 2013

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

A la lecture du sommaire du numéro que vous avez entre les mains, la RGCF ne faillit pas à sa réputation de revue technique donnant la parole, ou plus exactement la plume, à des connaisseurs professionnels : plan de transport, frein à courant de Foucault, électrification… Pourtant, la recherche et le choix de ces dossiers ont répondu à des attentes souvent exprimées par des lecteurs qui ne demandent pas à être des praticiens de l’infrastructure. Ils veulent simplement et sérieusement comprendre la réalité du chemin de fer pour étayer leurs propos, voire leurs argumentations, sur les décisions qu’ils auront à prendre dans leur domaine de compétence. L’efficacité du transport ferroviaire est le souci permanent, légitime, de ceux qu’on appelle de nos jours les décideurs politiques : régularité des circulations, avec les plans de transport, fiabilité et sécurité, avec (ou sans) le frein de Foucault, économie et performance énergétique, avec les électrifications. Une bonne connaissance des faits constitue une précieuse aide à la décision.

Prenons l’exemple du dossier sur la problématique de l’électrification des lignes. Un récent rapport sur l’état des infrastructures ferroviaires, dressé par l’Ecole polytechnique de Lausanne, a souligné le vieillissement des installations de traction électrique en France. L’hypothèse de réélectrifier des lignes est soulevée. Cela s’est rarement vu faire, et quasi exclusivement pour supprimer l’alimentation par un troisième rail. Remplacer une caténaire par une autre semble être une idée audacieuse, parce qu’elle est nouvelle. Le constat n’appelle pas de remarques. A l’inverse, les recommandations possibles sont sujettes à discussion : intérêt économique pour l’exploitant et pour ses clients, faisabilité opérationnelle, nécessité industrielle. Couramment, on entend dire que les rapports ne servent à rien, répètent ce qu’on a déjà dit, restent lettre morte, et on en raille les propositions, forcément utopiques, irréalistes, coûteuses. La RGCF n’entre pas dans ce jeu où personne n’écoute le point de vue d’autrui. Le dossier, écrit par un spécialiste reconnu, aborde clairement l’ensemble des questions que poserait une réélectrification du réseau, ou d’une partie. Nous avons pensé que cette connaissance quasi encyclopédique doit permettre à vous tous, chers lecteurs, de mieux connaître les tenants et les aboutissants d’une question d’abord technique, mais qui préoccupe les exploitants utilisateurs du réseau et les investisseurs appelés à le financer.

Pour autant, les exposés publiés dans la RGCF n’ont aucunement la prétention de clore un débat ; au contraire, la Revue cherche constamment à aller de l’avant, c’est-à-dire à entendre des points de vue complémentaires, en constante progression. L’innovation est un combat permanent pour l’avenir du chemin de fer, un combat d’idées, pacifique, sans préjugés, au service de tous.

 

Bonne lecture !
 

Pascal Lupo

Rédacteur en chef