Numéro 224

Février 2013

Prix Version Papier : 16.00 €
Prix Version Numérique : 16.00 €
Prix Bimédia : 29.00 €

Voir le sommaire

Éditorial

L’attachement au chemin de fer comme outil indispensable des transports du XXIe siècle ne cesse de croître auprès des Européens. Que l’on soit politique, technicien, commercial ou client, chacun propose et défend les idées qui lui semblent le mieux adaptées pour tirer le meilleur usage du train.

La RGCF rend compte régulièrement des projets et des innovations qui accompagnent le train vers l’avenir. Dans ce numéro, vous trouverez plusieurs dossiers qui montrent bien cet engouement des acteurs. Ainsi, côté exploitant, le service au client poursuit sa course en avant, avec la rénovation des rames TGV Sud-Est pour un accueil optimal des voyageurs, y compris de ceux qui ont du mal à se déplacer en raison d’un handicap personnel.

Sur le plan de la politique européenne ferroviaire, les réflexions et les débats sont particulièrement riches en ce début d’année, avec la préparation de nouveaux textes réunis dans ce qu’on appelle le quatrième paquet ferroviaire. La RGCF est toujours soucieuse de vous apporter une information précise vous permettant d’appréhender les tenants et les aboutissants des positions des acteurs, pour que vous puissiez vous forger votre propre opinion. L’ouverture des réseaux à une palette élargie de transporteurs constitue évidemment un changement profond d’organisation dans les entreprises dites historiques. Dans le cas de la France, un dossier sur la Plate-forme de Services aux Entreprises Ferroviaires illustre bien l’adaptation de la SNCF au contexte d’ouverture à la concurrence : elle met son expertise ancienne de l’exploitation ferroviaire, librement et dans un souci d’intérêt général, à la disposition des transporteurs connus sous la désignation de nouveaux entrants.

Lors des Assises du ferroviaire, il a été souvent souligné que le préalable à l’ouverture du réseau français est le bon état de ses équipements, voie, signalisation, gestion des circulations, installations électriques. Un article sur l’état du réseau, donné par un nouvel audit réalisé par l’École polytechnique de Lausanne, pointe les griefs essentiels.

La collaboration européenne entre réseaux ferroviaires est ancienne ; elle s’accompagne toujours d’une modernisation des installations et d’une adaptation des nouveaux matériels roulants : deux informations, l’une sur l’interpénétration des AGC en Belgique, l’autre sur la ligne internationale du Mont-Blanc Express, sont un clin d’œil à l’ouverture des chemins de fer sur l’Europe.

Enfin, la RGCF, par ses conférences, permet de comparer les solutions adoptées par nos voisins. Un compte rendu de la conférence sur la Suisse, avec son fameux cadencement, vient enrichir ce tour d’Europe. La prochaine, le 27 février, portera sur les 175 ans de la ligne de Paris à Saint-Germain en Laye : la comparaison avec les premières lignes ouvertes en Europe ne manquera pas de nous rappeler que le chemin de fer est né en partageant une culture européenne.


Bonne lecture !


Pascal Lupo

Rédacteur en chef